Avertir le modérateur

09/01/2017

Pas de bol, obligé et autre négligence…

CaWZcDeWEAAykWm.jpg

Si Hollande n’a « pas eu de bol », si ON a « obligé » Valls à utiliser le 49.3, si Lagarde fut quelque peu « négligente » en refilant 400 patates à Tapie, on peut bien considérer que DSK glissa sur une savonnette avant d’empaler une femme de chambre à l’insu de son plein gré.

Ensuite tout s’explique.

Estrosi obligé de refiler 50 millions à Israël, pays pauvre, n’a forcément plus d’argent pour les associations d’insertion dans sa région, Ciotti va t’en guerre pétochard, obligé de se planquer par piston, n’a pu effectuer le service militaire en première ligne dont il rêvait et le fiston Glucksmann contraint de reprendre l’entreprise familiale atlantiste au pied levé, doit à son grand regret renoncer à sa vocation de chauffeur-livreur.

C1pxJQ6WEAAJd9s.jpg

On ne mesure pas à quel point les sacrifices acceptés par ces importants pour le bien commun faisant un trait sur leur altruisme naturel sont sources de souffrances.

Nul doute que si Carlos Ghosn n’avait pas été obligé d’accepter 6 millions de bonus pour les étrennes, « la vie d’un entrepreneur étant plus dure que celle d’un salarié », il les auraient justement partagé avec son petit personnel de chez Renault, tout comme le macroniste cumulard Collomb astreint à ne pas assister aux séances du Sénat et perdant ainsi une part de sa rémunération eut volontiers partager son repas chez la mère Brazier avec les SDF lyonnais plutôt que mortifié, les laisser crever dehors.

ET je pense avec tristesse à l’admirable François feu Chereque, syndicaliste exemplaire dont les éloges mérités font plaisir à lire cette semaine, et abominablement obligé de s’acoquiner avec le patronat alors que son inclination pour la défense des salariés était sa raison d’être.

Non, ni responsables, ni coupables, et si par le plus grand des hasards coupables quand même, heureusement exemptés de toute sanction tant leur mérite et leur humanité sautent aux yeux.

C08hlkdXcAAPfyy.jpg

On ne peut tout de même pas demander aux membres éminents de la nomenclature libérale, condamnés à être grassement payés pour assumer leur fonction de parasite social alors qu’ils aspirent tous à un RSA d’assisté, de prendre leurs responsabilités quand ça tape dans la caisse, ça explose le budget d’une campagne ou quand un document aberrant est signé de leur main sans qu’ils s’en aperçoivent.

Et c’est ainsi qu’en descendant la colonne vertébrale du commandement, on retrouve des crs obligés d’éborgner des manifestants, contraints d’enlever les couvertures des réfugiés dormant dehors par - 8, alors qu’ils auraient préféré cela va de soi les border dans leur lit douillet. Tout comme les juges forcés de condamner des voleurs de pommes, des lanceurs d’alerte ou des « justes » pour délit de solidarité, alors que leur souci d’équité les poussent naturellement à mettre au gnouf les banquiers pourris obligés eux même de se renflouer avec l’argent salement public.

les pauvres !!!!

CvXZV4MWEAElncf.jpg

Si Cahuzac les yeux dans les yeux fut obligé de mentir comme les copains pour se disculper il finit honteusement par avouer. Sa confession le menant direct à la prison nul doute que ça fait un peu tâche dans l’histoire des innocents aux mains pleines et réfléchir les futurs candidats au mea culpa un peu cracra.

Si en haut lieu, ni coupables ni responsables, les pas nous pas nous savent en revanche qui en bas de l’escabeau sont les salopards, les nomment, les listent, possèdent les adresses et les 06. Ils savent parfaitement que les chômeurs sont des profiteurs, que les étrangers viennent chez nous en laissant femme et enfants dans la Méditerranée pour profiter de nos aides sociales que la CGT est un cancer, que le malade y met de la mauvaise volonté, que le bon écologiste a un fusil, que le pauvre l’a bien mérité et que pour le reste c’est la faute à Poutine.

CzQXPGYXEAUsp_r.jpg

Obligés, malchanceux ou distraits nous sommes nombreux mais aujourd’hui bizarrement, les rares à assumer leurs actes à les revendiquer à les payer au prix fort sont les faucheurs de chaises et autres désobéissants civiques.

Des gens mêmes pas obligés de faire et qui font quand même ? C’est dire la perversion de ces gens-là fanatisés au point d’aller au zonzon pour d’ignobles convictions.

C1UXYmFXcAAa3QS.jpg

Gageons qu’ils seront dument sanctionnés parce que, par exemple, voler des chaises à la BNP, contrainte de nous extorquer quelques milliards exposent dangereusement le séant des banquiers et que si truander l’état est d’une aimable vulgarité, montrer son cul est d’une intolérable grossièreté.

tgb

Share|






12:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

02/01/2017

Les yeux de la dette

Cronos_Goya m.jpg

Ahhhhhh, la dette !!!!! ce fardeau que nous laissons à nos enfants.

Ainsi ratiocinent nos experts du crachoir à bien nous culpabiliser de la descendance, qu’on coûte si cher aux milliardaires qui possèdent tout sauf ce qu’ils vont finir par nous prendre cette année pour nourrir leurs gosses à la cuiller d’argent tandis qu’on vit au-dessus des moyens de Goldman Sachs.

OH ces vieilles lunes, oh cette antienne, ce mantra répété à l’infini, tiré du bréviaire des 10 arguments conditionnés pour les nuls et qui te dispense de penser mais.

Mais oh tiens, comment que tout à coup ils s’en tapent le coquillard de nos petits nenfants quand, par exemple, chez moi dans la vallée de l’Arve appelée plus prosaïquement vallée de la mort ou vallée du cancer, on ne sort plus les gamins à la récré, tellement l’air des montagnes pue le crabe et le CO2 combiné. Que dans ce pays de l’or blanc il est interdit aux mômes de gober les flocons tant ils sont chargés de fines particules crades.

Que là oui, là où les directives de Bruxelles imposent le transport par la route au détriment du rail, ils s’en battent les flancs de l’avenir des petits poumons qui toussent et crachent les profits et dividendes de la loi du marché et de la libre circulation low cost des gros camions qui salopent tout et des autocars du vermoulu Macron aux idées rances qui font crever les gosses.

CdEHDXKUIAAxTF4.jpg

La dette, la dette qu’on laisse en héritage houlala psalmaudit le clergé libéral mon cul, tandis que face à l’hécatombe des abeilles et la fin de la pollinisation, autrement dit la vie, ça l’ouvre pas des masses devant la monstrueuse camargue chimique Monsanto rebaptisée Bayer pour échapper aux poursuites citoyennes.

Qu’alors nos enfants pèsent que dalle face aux enjeux économiques des puissances d’argent et des pesticides. Qu’alors la cupidité, telle Cronos, peut bien bouffer ses chérubins, que l’ogre du profit peut bien tout dégueulasser, qu’alors la dette boursicoteuse c’est mal mais que la dette planétaire on s’en fout comme de sa première apocalypse.

Plutôt mort que renoncer aux bénéfices. Rassurer les marchés plutôt que les gamins.

proxy.jpg

La dette la dette de répéter en boucle le choeur des contremaîtres de l’oligarchie goinfrée de cette dette abominable que l’on fait peser égoïstement sur nos chères petites têtes blondes, qu’on leur cassera leurs tirelires à nos bambins, salauds d’irresponsables que nous sommes…

Enfoirés de fils de pute d’enculés de leur race de Tartuffes de mes deux que ces petits marquis libéraux de la secte pognon dont le système prend l’eau de toutes part et qu’ils rustinent en permanence avec l’argent public. Que sinon, que s’ils appliquaient vraiment leur dogme d’autorégulation toute seule, leurs banques s’effondreraient dans la vacarme embarquant avec elles tout le château de carte financier et que leurs journaux de merde disparaitraient faute de subventions d’état. (Notons que les rares journaux à vraiment vivre de leurs lecteurs sont paradoxalement de purs journaux anti-libéraux tels Fakir ou le Monde Diplo. ironie de l’histoire.)

Bref, ces quelques exemples pour dire que dans la praxis, cette idéologie libérale en fin de parcours n’a rien de pragmatique encore moins de réaliste, qu’elle confine à l’escroquerie intellectuelle évidemment et financière carrément. Totalement inefficace, absolument calamiteuse, effroyablement mortifère.

Une immense arnaque.

CmNfIA4WQAAuiTN.jpg

Mais o joie tous les partis politiques convertis à cette saloperie hégémonique, socio machin ou libéraux trucs sont en voie d’extinction et que 2017 devrait aider à finir le travail.

C1LwkcBXcAAcqDH.jpg

 

Car la dette, la dette dans ton cul la dette que tu pourras t’asseoir dessus charlatan quand non pas la planète qui en a vu d’autres mais l’humanité tout entière aura disparue.

tgb

Share|






19:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

19/12/2016

Comme ça, c'est fait...

CzTYwSoWQAAthRF.jpg

des fois que j’oublierais, ou que j’aurais pas envie, ou que je serais trop bourré, ou que je serais plus là, ou que je serais déjà en 1438 de l'hégire ou que j’aurais déjà célébré Rosh Hachana de l’an 5777 ou que j’attende le 28 janvier que débute l'année du Coq de Feu Rouge ou que la fin du monde
ou que le début d’un autre, parallèle...


en tout cas quoi qu’il se passe, quoi que je décide, c’est du fion fond du coeur

tgb

Share|






17:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

12/12/2016

Marcher assis/dormir debout

CzVJRQdXgAATy2L.jpg

Comme le dit Camus, si mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde, alors y’a du tsunami dans l’air et de l’apocalypse dans les tuyaux, parce que question lexicologique c’est un beau merdier.

Je sais bien que nous vivons des temps confus mais quand même.

Si François Fion le néoconservateur à la cravate de notaire rebelle est le candidat de l’antisystème, si la candidature de Valls, vulgaire chef de rayon du conformisme libéral « est une révolte » et si le jeune postulant Macron tout exalté de sa première branlette électorale, a la Révolution ( patronale et bancaire ) en marche, on peut tout aussi bien nommer notre prochaine insurrection « stabilité monétaire » foutre le feu aux banques pour « rassurer les marchés » et basculer dans la subversion « libre et non faussée ».

Parce qu’à ce point de bordel linguistique et de triangulation foutraque, y’a plus de raison d’appeler un chat un chat et un premier d'la classe trentenaire qui fait peur à l'avenir, un jeune.

proxy.jpg

D’ailleurs, "Le mot d'état d'urgence étant anxiogène : il faut inventer un état de haute sécurité qui rassure" @vpecresse #BourdinDirect.

- Etat de lévitation molletonnée - je propose.

auschwitz-gate-arbeit-macht-frei_thumb.jpg

Il va falloir très vite intégrer si on veut un peu suivre, qu’être le cul sur une chaise c’est être en marche, que libérer la France par le travail n’est pas seulement un sinistre slogan nazi mais un cri de ralliement de l’avant garde HEC, qu’il faut outrer pour ne rien changer, hurler moderne pour ne rien dire, briser les tabous pour mieux péter à table et que Jean-Marine Lepen fait dans le social.

Bref, réciter le catéchisme officiel pour être original.

L’anticonformisme de pacotille sentant la conformation à plein nez, la pensée intestinale étant tendance, mieux vaut lire entre les lignes et choisir de vrais pivots du système capitaliste, Poutou, Arthaud..pour avoir une chance encore d’être autrement insolent.

Le système étant antisystème, forcément l’antisystème devient système et vice versa. faut suivre !

CzU-jhSXgAA9SvL.jpg

A force de ne pas défendre nos valeurs, de s’excuser du moindre pet idéologique de travers et d’intérioriser notre défaite historique, voilà qu’on nous confisque les mots, liberté, réforme, républicain, laïcité…et qu’on se retrouve conservateurs, archaïques, assistés, rétrogrades, tout juste bon à picoler son RSA et à polluer la planète avec sa vieille bagnole pourrie.

Fumier de pauvre.

Car oui, être de cette fange réactionnaire doit faire des vacances, tout est simple dans ce monde d’arrogance aux trois idées moisies. Si le monde va mal c’est la faute au pauvre qui vole à rien foutre le pognon des milliardaires qui s’épuisent dans les mines à dividendes - «La vie d'un entrepreneur (étant) plus dure que celle d'un salarié» Oui la faute à ces rentiers du smic qui font rien qu’à coûter cher du conquis de l’acquis social qui pue des pieds.

Donc ok, on a perdu la bataille culturelle et sémantique et donc la bataille politique. Mais peut-être, si nous n’avons plus les mots, pouvons nous encore faire les choses.

Je ne sais pas moi arracher des chemises ! Mais à quel prix !

7786223934_emmanuel-macron-porte-de-versailles-a-paris-le-10-decembre-2016.jpg

Si la marque « révolution assise » appartient désormais à la marionnette bancaire, rien ne nous empêche, de le tirer de sa chaise à porteurs, de lui botter le train et d’appeler ça, - va te faire mettre chez Medef - ou - va te faire cuire le cul chez Rothschild avec Bendit.

C’est trivial mais allégorique.

Sérieusement, peut on faire vraiment les choses sans les nommer et penser le monde sans le conceptualiser ?

Notre langue est riche, nuancée, subtile, à nous les insoumis, un mot qui nous appartient encore, de renouveler les concepts, de les dépoussiérer et de construire l’avenir par le vocabulaire.

Si l’expression - lutte des classes - (qui n’a jamais été autant de circonstances) ne passe plus, rebaptisons là en la musclant encore.

Car sinon, « Le jour où les mots n’auront plus de sens, nous aurons gagné » (Goebbels)

Je crois surtout qu’à ce jeu-là, le jour où les mots n’auront plus de sens, tout le monde aura perdu.

tgb

Share|






22:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu