Avertir le modérateur

31/01/2011

Dégage

 

degageegypte-1.jpg

 

Nouvelle variation insurrectionnelle autour du thème : « que se vayan todos » argentin et qui peu à peu, finit par se conjuguer à toutes les langues du monde pour devenir un cri universel :

Dégage !!!

Ce « dégage » que n’aurait pas renié Diogène dans son tonneau apostrophant le puissant lui faisant de l’ombre par un « ôte toi de mon soleil » rafraîchissant. Manière o combien désinvolte et imparable pour celui qui est riche de ne rien posséder de licencier d’un revers de la main, presque un SMS, celui qui a la misère de tout accumuler.

Ce Dégage !!! c’est l’être qui congédie (pour un instant au moins ) l’avoir.

C’est paradoxalement au moment même ou notre gouvernement franco-bushien, à la diplomatie néo con, parfaitement contre révolutionnaire et à la remorque de l’histoire, que le peuple tunisien avec ce zest de francophonie, redonne à notre France, une petite part de sa gloire révolutionnaire et lui restitue un peu de son âme vendue à la conformation mondiale.

h-20-2386274-1296217386.png

 

Nous ne remercierons jamais assez la Tunisie pour cet hommage bien immérité pourtant à la France couchée de Mam et associés.

Considérons ce clin d’œil de l’histoire comme un éloge à la France éternelle, à cette certaine idée de la France plus grande que les français.

Qu’importe maintenant que le despote à la solde atlantiste Moubarak en soit réduit à faire taire Internet, puisque là où il est né, le téléphone arabe propage son cri libératoire : Dégage !!! Et quoi qu’il arrive demain, ce mot d’ordre ulcéré, aura résonné dans toutes les consciences des peuples humiliés.

Et tandis qu’à France 2, on se met au niveau de notre médiocrité diplomatique ouvrant son JT, sur le manque a gagner des « tours opérators » en Egypte, le vent de l’histoire passe sur les écrans d’Al Jazeera, nous reléguant à notre place enfin : spectateurs obèses et résignés de l’histoire qui va.

Tout soi disant maître du monde de G20 qu’on soit ou que l’on voudrait être, on ne peut à la fois célébrer une équipe de joueurs de baballe sur les Champs Elysées et prendre la mesure d’une secousse tellurique à notre porte. On a l’envergure et la vision qu’on peut.

1472286_3_916b_manifestation-de-soutien-aux-opposants.jpg

 

Ce « dégage » donc, signifié aux derniers larbins de l’empire, fait enfin tomber les masques et c’est le président valet de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui téléphone à Moubarak pour exprimer sa "solidarité"." et c’est le roitelet laquais de Jordanie de souhaiter à « l'Egypte, pays frère, la sécurité, la stabilité et l'essor » et tous de réserver déjà des suites au Hilton de Riyad, au cas où.

Ces despotes, remparts soi disant des barbus qui s’empressent de se réfugier au pays du fondamentalisme le plus régressif, bailleur de fonds du terrorisme et allié paradoxal de l’hyper démocratie yankee, une fois que la bise démocratique fût venue. Cette Arabie saoudite, maison de retraite des tyrans à la solde atlantiste.

Ce « dégage » qui laisse Israël cette « démocratie exemplaire », se satisfaisant si bien des potentats locaux qu’il lui envoie encore en urgence du matériel de répression massive, bien seul dans ses stratégies mortifères et qui risque fort à tout convoiter, tout annexer, rien concéder, de tout perdre.

Ce « dégage » enfin que devrait méditer la ploutocratie mondiale,, les agences de notation Fitch et compagnie, dénoncées à Davos et décorés à Paris, ainsi que les petites mains sales des cadres sups de la pensée molle et formatée made in TINA.

Ce « dégage » sous une forme plus familière ici,

h-20-1405913-1233327716.jpg

 

qui tel un boomerang finira tôt ou tard par revenir dans la gueule de celui qui l’a dit.

tgb

 

25/01/2011

Le Barbier des barbus

 

100px-Pincers.jpg

 

Dès les premiers balbutiements de l’émancipation tunisienne, les agences de notation s’empressaient donc de dégrader la note de la jeune démocratie naissante, pour lui apprendre, cette leçon vaut bien une dictature sans doute, que la révolution c’est bien beau mais faudrait voir à pas perdre de vue l’essentiel : la liberté ç’est plus cher en emprunts que l’ordre policier.

ça leur apprendra à faire les malins.

Première branche de la tenaille.

Seconde branche de la tenaille, l’oligarchie–ploutocratie-technocratie et ses valets de pisse de l’éditocratie, de jeter en pâture les mots définitifs qui évitent de penser : terrorisme, islamisme et barbu.

C’est ainsi que les experts de la chose préemballée, les valets de pied de la grosse pointure, les proto facho façon Barbier, celui là même qui met de si jolies unes populistes à son si joli hebdo

h-20-2277456-1287752879.jpg

(où sévit le Alain Duhamel du crobard tout Plantu se faisant fort de démasquer à coups de dessins qui puent le pseudo poujadisme des autres)

1235728_plantu2-b02d2.jpg

 

de nous balancer :

- Je veux la république. Si la république passe par la démocratie, c’est tant mieux, mais s’il faut parfois combattre les mécaniques démocratiques pour sauver la république…

Nous apprécierons les points de suspension.

C’est donc pour sauver la république des généraux d’Alger, que la caste à Barbier salua l’annulation des élections algériennes et la victoire du Fis : 200 000 morts.

C’est donc pour sauver la Palestine occupée que la clique à Barbier s’autorisa à combattre les mécaniques démocratiques en applaudissant à l’arrestation des députés du Hamas et au plomb durci. (Un Hamas largement instrumentalisé par Israël pour mieux se débarrasser du Fatah laïque d’Arafat.)

C’est donc, et à l’inverse, en ramenant Ben Laden et ses barbares barbus dans les soutes militaires que la bande à Barbier bouta le méchant communiste hors d’Afghanistan.

afghanstudentswww.jpg
afghanstudentswww.jpgLes femmes afghanes dans les années 70/80

 

 

afghanwomensalgado.jpg

 

les femmes afghanes dans les années 90/2000

Et c’est donc bizarrement, en éliminant un tyran certes mais laïque (et une partie de son peuple au passage), que les boss de Barbier mirent au pouvoir en Irak, du chiite islamique, tout en versant des larmes de croco sur quelque massacre chrétien.

L’instrumentalisation du « barbu » dans un sens ou un autre importe peu. Pas plus qu’importe que Ben Laden soit vivant, mort ou en bandes dessinées.

binladenhorseback.jpg

 

Ce qui importe avant tout c’est que l’on fasse entrer de gré ou de force, le réel dans le schéma préconçu : le choc des civilisations.

Sinon rien de changé : Plutôt Hitler que le front populaire. Plutôt Lepen que Besancenot. Plutôt Moubarak que les frères musulmans. Et les privilèges des puissants seront bien gardés.

Quitte à serrer la tenaille.

Qu’importe de laisser bouillir la marmite populeuse, du moment qu’on fout un bon gros couvercle dessus donc.

Sauf que dans les faits une opposition muselée se radicalise. Sauf que dans les faits, tels les chrétiens démocrates ici, un parti islamiste arrivé au pouvoir, l’AKP turque par exemple, se démocratise. Sauf que la Tunisie par exemple, échappe au modèle pré vendu. Et c’est bien ce qui dérange les petites mains sales du système.

Et de chercher laborieusement et de toute urgence, dans les rues de Tunis, de l’islamiste qui fait peur à défaut de burqa. Et les petits rentiers de l’islamophobie rentable, Zemmour à droite, Fourest à gauche, de nous prédire, de nous prévenir et probablement d’espérer, l’instauration de la Musulmanie bestiale dans les six mois à Tunis.

Oui, en oligarchie centrale ça commence à penser qu’une bonne dictature éclairée c’est quand même plus pratique qu’une vieille démocratie poussive. Que c’est stable. Qu’on gagne du temps. Qu’on fait l’économie d’une opinion publique qui sent des pieds. Que ça dit pas non à Lisbonne. Que ça bosse pour 2 ronds et que ça la ferme. Que ça aime la Bruni et que ça hait le Rom.

Et de regarder soudain le régime chinois avec envie.

100px-Pincers.jpg

Si, paradoxalement en Tunisie ce sont les militaires qui sont garants de la démocratie, ici c’est l’éditocratie qui commence à rêver d’une bonne dictature. A coups de Ben Ali plutôt que Ben Laden. A coups de AAA plutôt que de LEF (Liberté, Egalité, Fraternité)

Sauf que le Ben Ali et Laden sont les deux créatures du même système.

Sauf que le AAA est le bras armé de dame TINAAA.

A ce jeu-là, à ce rythme là, demain nous irons prendre des leçons de démocratie au Maghreb.

tgb

 

13:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : ben ali, ben laden, barbus, barbier

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu