Avertir le modérateur

27/06/2010

La machine à vide

10.jpg



Comme il est établi par quelques penseurs incontestables, Perdriel, Seguela, Denisot,…que  le Ouebe est une immonde saloperie ordurière propageant la rumeur, la calomnie et la désinformation, tournons nous vers cette presse indiscutable dont le travail fouillé d’enquêtes minutieuses,  d’investigations patientes et d’informations recoupées reste la référence objective.

Deux exemples récents pour montrer le sérieux et le professionnalisme de ces médias que le monde entier nous envie :

Une certaine Sylvie François, appelle le 18 juin à bouter hors de nos rues Barbesiennes, telle Jeanne d’Arc, sauciflard en étendard, le Saladin  allergique au jambon beurre.

Cette Sylvie François, de ce François le français qui sent si bon son pseudo facebook, Sylvie meurtrie, Sylvie outragée, Sylvie brisée mais Sylvie libérée des forces occupantes de la Musulmanie intérieure, est sensée habiter au cœur de la Goutte d’or décochonisée.

1277298860.jpg



Que firent les médias exemplaires et notamment cette Radio France qui sent si bon son Val Hess, de ces jeunes putains qui font les vieilles bigotes, vérifièrent-elles l’adresse, l’identité et les allégations de la passionaria porcine ?

Que nenni, trop heureuses du buzz sentant bon son graillon, ils reprirent in extenso les élucubrations brameuses de l’avatar cochonne en leur tam tam médiatique pour ne pas dire ramdam, et amplifièrent l’intox identitaire autant qu’alimentaire.

Sylvie François n’existait pas, la presse sérieuse dans toute son intégrité factuelle ne se laissa pas parasiter par ce léger détail.

921034-1090802.jpg



Exemple 2– Un certain Anelka, joueur millionnaire non imposable en France et "racaille musulmane" de son état, grommelle en sa barbichette de chez Maniatis dans un coin de vestiaire puant la sueur (enfin vu les résultats, pas tant que ça) un truc du genre : « va te faire foutre entraîneur de mes deux avec ton système de merde » commentaires d’une rare banalité, dans des coulisses à haute tension.

« L’équipe », journal sportif forcément de référence puisqu’il détient le monopole du créneau "short crampons et pédales à l’eau claire", organe du groupe Amaury, organisateur de tour de France irréprochable (comme la république  du caïd de Neuilly) et complice de Fifa incorruptible, reniflant l’affaire juteuse et putassière, épiça la sauce par un montage photo racoleur jouant de l’affrontement, tout en corsant l’insulte, histoire  de rentabiliser la pénétration anale.

Pas du ragot de chiottes, pas du potin lubrifié, pas du trou de serrure poilu et trash, mais de l’info coco, de celle qui fait la liberté de la presse et l’honneur Pulitzer et qui permit d’ailleurs à la philosophie de comptoir sans alcool,  de celle qui se choque du mot enculé mais cautionne indignée  la sodomie des mineurs de 13 ans; d’exalter la haine et la pensée vinaigre.

1275664306.jpg



Tel est ce système médiatique exemplaire, celui qui regarde la main d' Henry dans la culotte du coach Elyséen quand ça manifeste à millions, que ça Karachigrave ou que ça Woerthgate à mort. Affaires sorties par Mediapart sur le web ordurier d’ailleurs, pendant que l’ectoplasme du "Monde" se demande à quel cul il sera torché, de la bande à Sarko ou de celle à Strauss Kahn.

Non bien sûr : "On ne peut rien reprocher" (dixit Sarko) à Woerth et surtout pas du conflit d’intérêt, puisqu’en tant que ministre des finances, il se contentait de favoriser la fraude fiscale, par l'intermédiaire de sa femme, d'une pauvre milliardaire qui renflouait le parti dont il est lui même trésorier...

Non Woerth bien sûr, n’a pas une tête à couvrir les fraudes fiscales, tout juste une tronche à pratiquer le headfucking  sans les lunettes, tandis qu’un pauv’neg marron au faciès idoine est autrement plus vendeur à la une. Car non seulement il nous faut du coupable à donner en pâture, mais encore faut-il fournir la tête qui va avec.

Quand la rigueur ne peut être que sociale et surtout pas morale…

h-3-2091911-1275123373.jpg



Oui exemplaires que ces journalistes, vierges héroïques, hurlant au loup à 20 millions contre 1, le temps du procès médiatique et du lynchage en direct et qui se corporatisent par réflexe de meute, dès qu’un Peillon, avant de s’excuser pour récupérer son rond de serviette télégénique, fait un instant dérailler la machine à cons ou qu’un Melenchon, sans s’excuser lui, botte le cul d’un apprenti Demorand (faible avec les forts fort avec les faibles) frappant à la porte de la société du spectacle.

Oui, quelle  était belle et émouvante dans sa nudité crue, cette presse racaille, sidérée soudain, comme un lapin pris dans les phares, par une équipe  de 23 ne jouant plus le jeu de l’enculage sponsorisé, crachant solidaire dans la soupe tiédie, et ne justifiant plus le tarif des consultants à masquer la vacuité de la machine à vide.

tgb

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu