Avertir le modérateur

11/02/2011

De l’attentat kamikaze ou pâtissier

 

RTR26YYK.jpg

 

Une tarte à la crème dans la gueule, c’est toujours un peu vexant. Ça met du gras sur la cravate, ça fait des taches sur le Smalto. Ça te fait retomber le boursouflé au niveau du caniveau, ça t’envoie directe sa pensée toute maculée au pressing.

Ça fait des frais.

Une tarte à la crème dans la gueule, ça démystifie toujours un peu. Ça te situe le degré d’imposture du poseur onctueux. Ça te révèle la face burlesque du clown pompeux. Ça t’as un côté farce peu apprécié, on se demande, par le précieux ridicule, pas fairplay.

Le gag étant à l’égo, ce que l’émeute populaire est à la crème de Chantilly.

Un juste retour des choses.

Un entartage réglementaire reste donc salissant.

Pas aussi salissant que les diarrhées verbales d’un chroniqueur de bistrot

Pas aussi salissant que les insanités raciales pour ne pas dire racistes d’un « briseur de tabous »

Pas aussi salissant que le militant mépris fait à des plus bas que soi. Ça laisse pourtant des auréoles. Le genre de stigmates pour les cons méchants.

Mais que les pleurnicheurs scandalisés de l’attentat pâtissier se rassurent, le pompeux cornichon Zemmour, l’arroseur arrosé de la tartalacrème nauséabonde ne s’en sort pas si mal.

Il est des pays où on lui aurait pissé dessus.

Israël par exemple.

CPS.UAJ42.210111092809.photo00.quicklook.default-245x163.jpg

 

Ce pays exemplairement démocratique où, pour une pierre lancée, un gamin palestinien se prend huit mois de prison après s’être fait uriner dessus par la soldatesque tsahal. Le pipicaca n’étant pas forcément l’exclusivité de l’enfance et surtout pas des enfants qui en sont privés.

Car il ne suffit jamais pour l’occupant d’occuper, pour le dominant de dominer, pour l’oppresseur d’opprimer, encore faut-il bien humilier. Preuve à jamais indépassable de son omnipotence. L’abus de pouvoir restant le petit supplément bonifié de la domination.

L’humiliation, c’est ce que ressentit Mohamed Bouazizi quand il se fit gifler et cracher à la figure par la petite cheftaine du gouvernorat de Sidi Bouzid avant de lui confisquer sa marchandise. Encaisser la misère, l’injustice, l’arbitraire… ça on peut, tant qu’on peut. Mais survivre à l’affront…

C’est ainsi que Bouazizi implosa avant que la Tunisie n’explose.

Ce Même Bouazizi, que le manager Delanoë en plein zèle repentant soudain pour mieux faire oublier ses douteux silences ou connivences, cherche à honorer. Tout comme ce qui nous sert encore de ministre des affaires étrangères (et d’opposition) cherche à se refaire une piteuse virginité diplomatique sur le dos du Mexique à s’indigner de l’offense faite à Cassez, détenu de droit commun, alors qu’officiellement pour Salah Hamouri, détenu politique, le gouvernement français déclare : qu'il "n’appartient pas aux autorités françaises d’intervenir ou même de commenter les procédures judiciaires d’un Etat souverain".

arton5800.jpg

 

Putain d’hypocrisie, de deux poids deux mesures, quand il est dans ce pays, des innocents français plus innocents que d’autres.

Pour l’ensemble de son œuvre, dont le fond de commerce reste l’inépuisable haine de l’arabe, le pseudo moraliste Zemmour n’aura eu droit qu’à un attentat pâtissier.

C’est mieux que kamikaze.

Mais c’est pas cher payé.

tgb

31/01/2011

Dégage

 

degageegypte-1.jpg

 

Nouvelle variation insurrectionnelle autour du thème : « que se vayan todos » argentin et qui peu à peu, finit par se conjuguer à toutes les langues du monde pour devenir un cri universel :

Dégage !!!

Ce « dégage » que n’aurait pas renié Diogène dans son tonneau apostrophant le puissant lui faisant de l’ombre par un « ôte toi de mon soleil » rafraîchissant. Manière o combien désinvolte et imparable pour celui qui est riche de ne rien posséder de licencier d’un revers de la main, presque un SMS, celui qui a la misère de tout accumuler.

Ce Dégage !!! c’est l’être qui congédie (pour un instant au moins ) l’avoir.

C’est paradoxalement au moment même ou notre gouvernement franco-bushien, à la diplomatie néo con, parfaitement contre révolutionnaire et à la remorque de l’histoire, que le peuple tunisien avec ce zest de francophonie, redonne à notre France, une petite part de sa gloire révolutionnaire et lui restitue un peu de son âme vendue à la conformation mondiale.

h-20-2386274-1296217386.png

 

Nous ne remercierons jamais assez la Tunisie pour cet hommage bien immérité pourtant à la France couchée de Mam et associés.

Considérons ce clin d’œil de l’histoire comme un éloge à la France éternelle, à cette certaine idée de la France plus grande que les français.

Qu’importe maintenant que le despote à la solde atlantiste Moubarak en soit réduit à faire taire Internet, puisque là où il est né, le téléphone arabe propage son cri libératoire : Dégage !!! Et quoi qu’il arrive demain, ce mot d’ordre ulcéré, aura résonné dans toutes les consciences des peuples humiliés.

Et tandis qu’à France 2, on se met au niveau de notre médiocrité diplomatique ouvrant son JT, sur le manque a gagner des « tours opérators » en Egypte, le vent de l’histoire passe sur les écrans d’Al Jazeera, nous reléguant à notre place enfin : spectateurs obèses et résignés de l’histoire qui va.

Tout soi disant maître du monde de G20 qu’on soit ou que l’on voudrait être, on ne peut à la fois célébrer une équipe de joueurs de baballe sur les Champs Elysées et prendre la mesure d’une secousse tellurique à notre porte. On a l’envergure et la vision qu’on peut.

1472286_3_916b_manifestation-de-soutien-aux-opposants.jpg

 

Ce « dégage » donc, signifié aux derniers larbins de l’empire, fait enfin tomber les masques et c’est le président valet de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui téléphone à Moubarak pour exprimer sa "solidarité"." et c’est le roitelet laquais de Jordanie de souhaiter à « l'Egypte, pays frère, la sécurité, la stabilité et l'essor » et tous de réserver déjà des suites au Hilton de Riyad, au cas où.

Ces despotes, remparts soi disant des barbus qui s’empressent de se réfugier au pays du fondamentalisme le plus régressif, bailleur de fonds du terrorisme et allié paradoxal de l’hyper démocratie yankee, une fois que la bise démocratique fût venue. Cette Arabie saoudite, maison de retraite des tyrans à la solde atlantiste.

Ce « dégage » qui laisse Israël cette « démocratie exemplaire », se satisfaisant si bien des potentats locaux qu’il lui envoie encore en urgence du matériel de répression massive, bien seul dans ses stratégies mortifères et qui risque fort à tout convoiter, tout annexer, rien concéder, de tout perdre.

Ce « dégage » enfin que devrait méditer la ploutocratie mondiale,, les agences de notation Fitch et compagnie, dénoncées à Davos et décorés à Paris, ainsi que les petites mains sales des cadres sups de la pensée molle et formatée made in TINA.

Ce « dégage » sous une forme plus familière ici,

h-20-1405913-1233327716.jpg

 

qui tel un boomerang finira tôt ou tard par revenir dans la gueule de celui qui l’a dit.

tgb

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu